Gagner un temps “énorme” dans la gestion de ses adhésions et de ses dons

Gagner un temps “énorme” dans la gestion de ses adhésions et de ses dons

Christelle, Présidente de l’Association SDTB, Notre Bataille nous fait le plaisir de répondre à nos questions aujourd’hui. En ligne de mire, une question essentielle, comment diminuer ses tâches administratives et se libérer du temps en tant qu’association de patients ? Nous avons pris le temps d’en discuter ensemble au cours de ce bel échange que nous vous proposons de découvrir...

 

Célia : Bonjour Christelle et enchantée ! Nous nous rencontrons aujourd’hui pour parler de votre expérience associative en tant que présidente de SDTB, Notre Bataille.
 

Christelle : Bonjour Célia, merci pour votre invitation ! Je suis effectivement Présidente de l’association SDTB, Notre Bataille. Depuis 2018, notre mission au quotidien, c’est de soutenir, informer et aider les patients souffrant du Syndrome du Défilé Thoraco-brachial. L’association est animée par des personnes qui sont elles-mêmes touchées par ce syndrome. Concrètement, une personne atteinte de SDTB souffre d’une compression des veines, des artères et/ou des nerfs dans la région entre le cou et les épaules. Cela provoque des douleurs, des sensations de décharges, des pertes de sensation ou encore des fourmillements dans les mains. Certains gestes du quotidien deviennent alors difficiles à réaliser comme se laver les cheveux, éplucher des légumes, ouvrir des bouchons de sécurité, lever les bras en l’air, on échappe énormément d’objets, et, ce n’est pas de la maladresse. C’est assez handicapant !
 

Célia : Pouvez-vous nous expliquer comment est-ce que votre association accompagne les personnes atteintes de SDTB ?
 

Christelle : Nous aidons les patients à plusieurs niveaux et, nous essayons d'élargir au maximum notre champ d’action pour que les personnes ne se sentent pas seules face à la maladie. Nous donnons des astuces à nos membres pour soulager les douleurs au quotidien par exemple. Nous accompagnons aussi les malades sur des sujets divers comme le droit au temps partiel thérapeutique ou encore la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. En tant qu’association de patients, nous militons pour que les cas les plus graves soient officiellement reconnus comme des maladies chroniques et des handicaps, et ça, c’est un vrai parcours du combattant !
 

Célia : Savez-vous combien de personnes sont touchées par cette Maladie ?
 

Christelle : Malheureusement aucune statistique n'existe à ce jour étant donné que le STDB n’est pas officiellement reconnu comme une maladie. Pour être entendus, nous devons nous faire connaître. Aujourd'hui, nous comptons 35 adhérents dans l’association et nous répondons aussi à de nombreuses sollicitations toutes les semaines de la part de personnes qui cherchent des renseignements. Évidemment, nous souhaitons aider le plus de monde possible, c’est pourquoi nous avons baissé le prix de nos adhésions à 5 euros l’an dernier. Ça nous permet quand même de couvrir nos frais et, en échange, lorsque nous rendons des services comme des relectures de dossiers ou de courriers, nous demandons systématiquement à la personne d’adhérer à l’association. Nous avons remarqué qu’il y a plus d’échanges avec les nouveaux adhérents depuis ce nouveau fonctionnement, c’est plus agréable !
 

Célia : En parlant d’adhésion, quel est votre mode de fonctionnement pour gérer les paiements des adhérents, les bulletins d’adhésion, etc. ?
 

Christelle : J’utilise tout simplement Yapla comme plateforme de gestion et de paiements en ligne pour mon association. Je l’ai connu tout bêtement chez notre partenaire bancaire, le Crédit Agricole, pendant que j’attendais pour une opération avec un petit dépliant. C’est vraiment tombé au bon moment car, au bureau de l'association, nous sommes 4 d’habitude, mais avec la maladie, parfois, on se retrouve à 2. Nous cherchions donc une solution pour nous faciliter la vie, notamment au niveau de la gestion des adhésions.
 

Célia : À ce moment-là, vous connaissiez d’autres solutions ? Qu’est-ce qui vous a poussé à adopter Yapla plutôt qu’une autre plateforme ?
 

Christelle : La première chose qui nous a intéressés c’est la gratuité. Ce qui nous a conquis, ce sont les paiements en CB sans frais ! Partout ailleurs, il y avait toujours des commissions ou des frais divers, et ça nous dérangeait. Là, ce sont nos adhérents qui choisissent si oui, ou non, ils donnent un pourboire à la plateforme. J’adore le concept !
 

Célia : Effectivement, chez nous, il n’y a pas de frais de transaction, c’est l’utilisateur qui a la possibilité de nous laisser un pourboire lors du paiement, s’il le souhaite. Parmi toutes nos fonctionnalités, quelles sont celles que vous utilisez le plus ?
 

Christelle : Nous utilisons principalement la fonctionnalité Membres et ça a révolutionné la gestion de notre association puisque avant, il fallait avoir un premier mail de contact avec l’adhérent, puis on envoyait le bulletin d’adhésion qu’on recevait à nouveau par la poste, il fallait aller encaisser le chèque à la banque, saisir la compta… Aujourd’hui, Yapla c’est un gain de temps énorme ! Dès qu’un adhérent paie son adhésion, la plateforme lui envoie son bulletin d’adhésion par mail avec un petit mot de bienvenue et son paiement est automatiquement enregistré dans la partie comptabilité de la plateforme. À part suivre et vérifier que tout se passe correctement, je n’ai plus grand chose à faire niveau administratif !



“Aujourd’hui, Yapla c’est un gain de temps énorme. À part suivre et vérifier que tout se passe correctement, je n’ai plus grand chose à faire niveau administratif ! “

 

 

Célia : La magie du digital opère ! Du côté de vos adhérents et des autres membres du bureau, quels sont les retours ?
 

Christelle : La plupart des personnes se débrouillent comme des chefs. En ce qui concerne la trésorière, elle surveille la trésorerie de l’association grâce aux rapports. Elle prépare les assemblées générales plus facilement qu’avant. Nous sommes vraiment très contents et, comme ça s’est bien passé avec la partie Membres, nous nous sommes lancés pour gérer nos campagnes de dons dans Yapla aussi. Nous avons une campagne permanente et nous créons aussi des campagnes ponctuelles, comme en fin d’année par exemple. D’ailleurs, nous avons trouvé sympathique de nous proposer de figurer sur votre portail de dons.
 

Célia : Qu’est-ce qui a changé pour vous dans la gestion de vos dons depuis que vous avez adopté le numérique ?
 

Christelle : Avant de passer au digital, on avait des bulletins papiers, et, comme pour les adhésions, il y avait beaucoup de tâches et ça demandait du temps. Aujourd'hui, lorsque quelqu’un veut faire un don, il peut trouver notre campagne sur internet ou bien, nous lui envoyons le lien puis, il reçoit automatiquement son reçu fiscal par mail. Maintenant, c’est plus rapide, et en plus, c’est à la fois facile à créer et puis ça nous permet de diffuser nos campagnes, ça met un petit peu d’animation sur notre page Facebook, c’est très bien !
 

Célia : Si vous deviez définir Yapla en 3 mots, ce serait ?
 

Christelle : Simplicité, Ergonomie (pages agréables) et Réactivité, puisqu’à chaque fois que nous avons besoin et que l’on a fait appel au support Yapla, vous répondez très rapidement.
 

Célia : Nous essayons oui ! Pour nous, c’est important d’accompagner tous nos utilisateurs, qu’ils soient nouveaux ou pas d’ailleurs. Si vous deviez donner un avantage concernant l’utilisation de Yapla, vous diriez ?
 

Christelle : Le gain de temps sans hésiter. Nous sommes tous bénévoles donc tout ce qui est saisi automatiquement par Yapla : les adhésions, les renouvellements, les dons, etc. c’est autant de temps que l’on passe ailleurs, sur d’autres projets.
 

Célia : Grâce à ce gain de temps que vous dédiez à d’autres projets, quelles sont les ambitions de votre association pour l’avenir ?
 

Christelle : Nous sommes en train de renouveler notre dépliant, notre compte Instagram est en cours de finition et nous souhaitons également créer un site vitrine. Dans l’année, nous aimerions lancer une campagne de crowdfunding et développer des partenariats pour tester des soins comme le Shiatsu et les rendre accessibles à nos adhérents. Nous souhaitons aussi toucher des gens qui ne sont pas malades de notre syndrome, ce serait un moyen de mieux faire connaître la maladie.
 

Célia : C’est génial ! De nouvelles perspectives semblent s’offrir à votre association, c’est une très bonne nouvelle. Merci pour votre témoignage Christelle, toute l’équipe Yapla vous souhaite un beau développement et nous espérons de tout coeur que le SDTB sera bientôt officiellement reconnu !

Retour

Ouvrez un compte Gratuit et recevez des inscriptions en quelques minutes

Yapla est partenaire de votre succès. Notre équipe d’experts du monde associatif connait bien vos besoins et est là pour vous aider à tirer le meilleur de la plateforme. Une simple prise de contact suffit pour obtenir l’aide que vous recherchez.

J'ouvre mon compte gratuit Je veux une démo